Sommaire

La mise à la terre permet la protection des personnes (ou des biens) contre les électrocutions. Associé à un rupteur différentiel, le dispositif de mise à la terre dévie le courant vers le sol et coupe l'alimentation électrique.

Si la norme électrique NF C 15-100 impose des règles pour la réalisation des installations depuis 1911, la mise à la terre obligatoire n’apparaît cependant qu'en 1969, et celle de l'installation d'un disjoncteur différentiel de 30mA (milliampères) en 1991.

Quelques principes de base

Précautions d'utilisation

Il y a plus de 4 000 électrocutions graves en France chaque année, dont 200 mortelles. Ce triste constat doit nous rappeler à l'ordre.

Avant toute intervention sur une installation électrique il est donc impératif de :

  • Couper le disjoncteur général.
  • S'assurer de l'absence de courant sur le circuit à traiter.
  • Respecter les notices d'installations et la norme NF C 15-100 (voir lien ci-dessus).
  • Travailler avec des outils conforment aux normes CE et NF.

Rappel du code couleur

Une installation électrique domestique doit respecter certaines règles, dont celle du code couleur. Ce code permet de définir à quel type de circuit un câble est relié selon la couleur de sa gaine (enrobage plastique autour du fil électrique de cuivre).

  • Le bleu clair : un fil bleu clair correspond à un conducteur relié au neutre. Il permet la répartition du courant. Attention : un fil bleu est potentiellement porteur de courant si l'installation est branchée !
  • Le jaune et vert : le câble est relié à la terre. C'est un fil qui assure la protection des individus et des appareils.
  • Le rouge, le marron ou le noir : ces couleurs (ou toute autre couleur sauf le bleu et le vert/jaune) indiquent un conducteur relié à la phase donc un fil porteur de courant.

Mise à la terre et électricité

Un système de mise à la terre est un circuit de protection qui assure la coupure de l'installation dès qu'il détecte une électrisation (contact avec un appareil dont une partie métallique est anormalement sous tension par exemple).

La mise à la terre est obligatoire depuis 1969 (avec rupteur différentiel depuis 1991).

Dispositif de mise à la terre

C'est un assemblage comportant plusieurs éléments, dont la fiche de terre, le câble, la liaison au tableau électrique et l'association à un disjoncteur différentiel, ainsi qu'une liaison à chaque zone de l'habitation (prises, éclairages, appareils reliés directement, etc.) :

  • Le piquet de terre : en acier galvanisé d'une longueur minimum de 1,5 m et de 2,5 cm de diamètre, se plante dans le sol jusqu'à 2 m de profondeur minimum.
  • La prise de terre et la barrette de raccordement : une partie du câble en cuivre de 30 mm² est enterrée (≈ 50 cm) et relié au piquet de terre. L'autre bout du câble est connecté à la barrette de raccordement (ou répartition) à l'intérieur de l'habitation.
  • Le conducteur principal : ce câble est raccordé entre la barrette et le tableau électrique, sur un répartiteur. De là partent les conducteurs de protection à l'ensemble des points électriques de la maison.
  • Le disjoncteur différentiel : il s'agit d'un « interrupteur » calibré à 30 mA maximum qui impose la coupure de l'ensemble du dispositif électrique s'il détecte une fuite de courant dans l'installation.

Mise à la terre et obligations

La mise à la terre ainsi que les prises de terre sont strictement obligatoires dans les cas suivants :

  • création d'une installation électrique ;
  • mise en conformité d'une installation (travaux d'extension, de rénovation ou de modification) ;
  • mise en sécurité (petits travaux : mise hors de danger).

Nos autres contenus en rapport avec ce sujet :

Installation électrique

Installation électrique : votre guide gratuit à télécharger

Vous trouverez au sein de ce guide rédigé par des auteurs spécialisés :

  • Une vision complète pour comprendre le sujet
  • Les infos essentielles pour vous aider dans vos choix
  • Des conseils sur l'installation, la sécurité et l'entretien
Télécharger mon guide